Europe

Les ponts du monde les plus insolites

Un pont, banal ? Détrompez-vous, de grands architectes ont réalisé d’incroyables constructions : des ponts du monde aux formes surprenantes, des projets de plus en plus fous, c’est ce que nous allons voir ensemble.

Si les ponts du monde entier sont avant toute chose des constructions pratiques qui nous permettent de passer d’un lieu à l’autre, ils peuvent également se révéler être de vrais chefs d’œuvres ! Construits à des hauteurs vertigineuses, au beau milieu de lieux spectaculaires, partons à la découverte de ces prouesses architecturales.

Commençons par Moebius en Chine, le plus spectaculaire de tous les ponts du monde !

C’est à Changsha, capitale de la province chinoise du Hunan que sera prochainement construit le gigantesque pont de Moebius. L’architecture de ce pont dédié uniquement aux piétons, s’inspire à la fois de l’anneau de Möbius et du « nœud » issu de l’art chinois ancien.

Vous devez vous demander ce qu’est l’anneau de Möbius ? Un objet théorisé, construit par Auguste Ferdinand Möbius en 1865. Sa particularité ? Une surface en forme d’anneau qui n’a qu’une seule face. Petite anecdote, depuis 1970, le ruban de Möbius est utilisé comme logo pour les matériaux recyclables, ou encore sur l’espace de stockage de Google.

Revenons à l’histoire du pont de Möbius ! C’est cette année qu’a débuté sa construction, avec une longueur de 150 mètres et une hauteur de 25 mètres. Ill permettra aux habitants de Changsha, de traverser plus facilement la rivière Dragon King Harbor.

Et contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce n’est pas un architecte chinois qui s’occupe de sa construction, mais une agence néerlandaise « Next Architects », qui remporta haut la main la compétition internationale, avec son projet d’envergure.

Le pont de Moebius sera la clef pour le développement de l’espace public autour de la rivière, avec des espaces récréatifs et écologiques et un programme touristique complet déjà prévu.

Toujours en Chine : le Chengyang Bridge, surnommé le pont du vent et de la pluie

Le pont de Chengyang se situe dans une région peuplée par l’ethnie « Dong », là-bas, chaque village possède son propre « pont du vent et de la pluie ».

Un nom enchanteur pour un pont d’une rare beauté, un monument à part entière qui se glisse parfaitement dans ce paysage pittoresque. C’est sur cinq piliers de pierre que se dresse le pont de Chengyang tout de bois vêtu. Chacun d’eux est surmonté d’une tour à l’apparence d’une pagode.

Un des ponts du monde âgé de presque 100 ans, que les chinois ont mis 12 années à construire. Sa fonction première ? Célébrer l’esprit qui l’habite, la seconde plus rationnelle, permet le franchissement de la rivière de Linxi et la traversée de 7 autres villages.

Le pont de Chengyang est aujourd’hui un lieu de rencontres pour les femmes des villages avoisinants, elles y viennent exposer leurs broderies artisanales et d’autres objets qu’elles fabriquent. Il permet également la visite de 8 villages ancestraux, où les habitants vous accueillent chaleureusement… une immersion totale dans la Chine rurale.

Le Banpo Bridge en Corée du Sud

Tel un arc-en-ciel qui jaillit en plein ciel à la tombée de la nuit, la fontaine du pont de Banpo plus communément appelée « The mounlight rainbow fountain » à Séoul crée une véritable attraction pour les gens de passage. Un rideau d’eau multicolore aussi graphique qu’enchanteur, un vrai « light show ».

Surplombant la rivière Han, le Banpo Bridge, d’une longueur de 570 mètres, permet de relier les districts de Seocho et Yongsan. A l’origine, le pont fut construit pour permettre aux habitants de la ville de traverser plus facilement la rivière en périodes de grandes crues.

Un pont du monde majestueux aux allures enchanteresses, qui font de lui un des monuments urbain les plus plébiscités du pays. Si bien que sa binôme la fontaine est inscrite au Guiness des records dans la catégorie des « grandes fontaines au monde », rien d’étonnant avec ses 10 000 leds de part et d’autre de chacun de ses côtés, et sa cascade d’eau en fonctionnement continu alimentée par 38 pompes. Il y en a de la technique derrière tout ça !

Le Magdeburg Water Bridge en Allemagne.

Une vraie innovation  !

Le pont de Madgeburg Water fut construit en 1942 sur le fleuve de l’Elbe, un des plus grands de la planète. Les travaux durèrent 6 années.  Il est le pont d’eau suspendu le plus grand de son genre dans le monde en se dressant à une hauteur de 18 mètres de la surface de l’eau.

Une technologie de pointe !

Ce pont gigantesque de 918 mètres fut construit afin de faciliter la circulation entre les villes européennes. Grâce à lui, il est aujourd’hui possible d’aller de Berlin à Prague ou de Prague à Oarashw d’une seule traite !

Ce qui rend unique ce pont ? Ses matériaux. Ils lui permettent de résister à tous types de séismes, de plus, il est pourvu d’un très grand bassin d’eau de 1 km de long et 43 de large, s’appuyant sur d’énormes piliers d’acier rendant la structure plus stable.

 Le Pont d’Hélix ou « l’illuminé », à Singapour!

Inauguré en 2010, le pont d’Helix est le tout premier pont piétonnier du monde, d’une longueur de 280 mètres, situé en plein cœur de Singapour, juste derrière le Pont Benjamin Sheares, reliant la Marina Bay au centre de la Marina.
Il fut inspiré par les signes du Yin et du Yang, il apporterait paraît-il chance, bonheur et  prospérité à tous ses visiteurs.

Il a reçu de nombreux prix pour son design et son architecture atypiques, grâce à sa surprenante structure réalisée en barres d’acier formant des hélices reliées les unes aux autres. Une étrange ressemblance avec la structure hélicoïdale de l’ADN vous ne trouvez pas ?

Le Gateshead Millenium au Royaume Uni, un pont du monde surnommé l’arc

C’est l’architecte Keith Brownlie avec l’aide précieuse des sociétés Wilkinson Eyre et  Gifford spécialisées dans les hautes structures métalliques, qui a réalisé cette petite merveille, pour la maudite somme de 22 millions de livres sterling. Le pont de Gateshead Millenium pèse près de 850 tonnes et mesure de 126 mètres de long, il relie les villes de Gateshead et de Newcastle, de chaque coté du fleuve Tyne.

Pourquoi ce design ? Tout a commencé avec un concours organisé par la mairie de Gateshead, qui cherchait un plan de développement plus moderne pour ses « quais du Tyne ». C’est un ingénieur asiatique qui remporta le concours ! Il fut construit là-bas et rapporté d´une seule pièce en 2 000, à l’aide d’une grue flottante.

Sa passerelle est uniquement dédiée aux piétons et aux cyclistes. Elle sert de Pont levant, utilisant un contrepoids en forme d’arc pour se relever et ainsi, livrer passage aux bateaux, avec sa hauteur de 25 mètres au-dessus de l’eau.

Telle une huître, il s’ouvre et se referme, afin de laisser le passage des bateaux. Il est devenu aujourd’hui une telle attraction  touristique, qu´il est ouvert au minimum une fois par jour, juste pour le plaisir des yeux !

Terminons notre balade des ponts du monde par le plus spectaculaire selon moi en terme de technicité : le Viaduc de Millau !

Une construction pharaonique ! Et après avoir vu et lu une multitude de choses sur lui, je ne comprends toujours pas comment des hommes ont-ils pu construire un monument de cette taille en si peu de temps… c’est incroyable !

Juste au dessus de la ville de Millau, le Viaduc enjambe la jolie vallée du Tarn : 2.5 km de long pour 250 mètres de haut, il est le Viaduc le plus haut du monde. Il constitue le maillon le plus spectaculaire de la méridienne : l’autoroute A 75 reliant la montagne du Causse rouge au plateau du Larzac, non loin de la ville de Millau dans le département de l’Aveyron. Elle est la voie la plus fluide et la moins onéreuse entre Paris et la Méditerranée.

Un projet totalement fou !

Pour relever ce défit plus que technique, un concours a été organisé. Au moment de la présentation des différents projets, des formes surprenantes furent présentées au jury. Les gagnants ? L’architecte Lord Norman Foster et l’ingénieur français Michel Virlogeux. Un Viaduc aux allures raffinées, s’inscrivant parfaitement dans ce paysage aveyronais.

Treize années d’études techniques et financières furent nécessaires à la préparation du projet, en 1987. Un coût estimé à 400 millions d’euros, réalisé et financé par le groupe Eiffage, dans le cadre d’une concession de 75 années, la première de ce type !

Si les avantages d’un franchissement autoroutier de la vallée du Tarn étaient avérés, les ingénieurs durent penser à l’ensemble des contraintes naturelles telles que le soleil, les vents forts, les séismes… et donc, adapter les structures et les matériaux en conséquence. Imaginez le travail titanesque qu’il y a pu avoir en amont !

Ces travaux titanesques devaient être réalisés en à peine 3 ans ! Plusieurs centaines d’ouvriers ont travaillé sur le projet. En à peine 1 an et demi, tous les piliers furent construits, des puits de plus 18 mètres de profondeurs remplis de béton ont été bâtis, afin de réaliser un sol complètement stable.

Pourquoi autant d’armatures ? Le béton résiste très mal à la traction, seule une armature métallique lui permet de tenir le coup. Pour pouvoir travailler, les ouvriers ont monté des échafaudages à une hauteur… ver-ti-gi-neuse !

Si vous passez par là, venez découvrir cette magnifique région, Millau est une ville chargée d’Histoire, considérée comme la capitale des sports de pleine nature. Circuler sous le Viaduc en canoë, partir en randonnée, monter au belvédère et admirer la vue panoramique sur le Viaduc de Millau, et pour les plus intrépides survoler le Viaduc en hélicoptère !

Voilà maintenant 10 ans que le Viaduc de Millau, surnommé « la tour Eiffel de l’Aveyron ». Ces magnifiques voiliers au dessus du Tarn sont assurément un bon prétexte pour une halte gourmande.

Article rédigé par Jessie

Passionnée de voyages, d'aventures et d'écriture, Jessie aime découvrir le monde : Portugal, Espagne, Washington, Berlin, Londres. Elle a vécu notamment une année à Amsterdam, une ville où "il fait bon vivre". Journaliste sur MixCity Radio, elle nous entraine chaque semaine dans son univers du voyage : Christophe Colomb, la ville paillette "Los Angeles", les fêtes traditionnelles indiennes...


Je prends ma plus belle plume et j'ajoute un commentaire :